Interview / Trust in Elements

Après Soemone le mois dernier, et alors qu’il est aujourd’hui à l’honneur dans le cadre de la la collection Ten de notre partenaire Fotolia avec le second PSD rendu disponible gratuitement pour une durée de 24H sur le site dédié, je vous propose de découvrir l’interview complète de Xavier Bourdil, jeune webdesigner et illustrateur parisien de 27 ans qui signe ses travaux du pseudonyme de Trust in Elements. L’interview complète et une sélection de créations dans la suite !

Peux-tu te décrire en quelques mots ?
Je m’appelle Xavier Bourdil, 27 ans. Je suis webdesigner dans une agence à Paris, et illustrateur. Je travaille dans le web depuis deux ans, et je me suis lancé dans les illustrations personnelles il y a environ 4 ans.

J’ai un parcours atypique, dans le sens où je suis arrivé dans le monde du digital sur le tard. Après 5 années d’études et un Master en Lettres Modernes en poche, il a fallu que je fasse un vrai choix de carrière. Comme je ne voulais finalement pas être prof, j’ai beaucoup réfléchi à ce que j’aimerais vraiment faire. Et un jour, en voyant une affiche pour un concert dans un abribus, je me suis dit que ça pourrait être sympa de faire moi-même ces affiches. De là est parti mon intérêt pour le graphisme, intérêt qui est vite devenu une passion et même une addiction. Après presque 4 ans de travail acharné, me voilà !

Ce que j’aime dans ce métier, c’est qu’on est jamais arrivé ! Il y a toujours de nouvelles technologies à explorer, de nouvelles techniques, de nouvelles rencontres et/ou découvertes aussi, qui font que tout bouge sans cesse, et qu’il faut tous les jours se remettre en cause pour progresser. En tout cas c’est comme ça que j’envisage mon métier et ma passion : toujours avancer, se remettre en question et ne pas s’arrêter.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?
Mon parcours, à partir du moment où j’ai changé de voie pour aller vers le graphisme, a été assez classique : IUT de Communication plurimédias à Bordeaux, formation en alternance sur Paris, et premier travail en agence web. Il m’a fallu apprendre tout à partir de zéro : quand j’ai commencé je savais à peine ce qu’était un navigateur !

Pour l’illustration c’est un peu pareil, même si j’ai tout appris par moi-même. Ce n’est pas mon métier, dans le sens où je ne gagne pas ma vie avec, mais c’est une partie très importante pour moi. J’ai commencé avec les bases apprises en cours à l’IUT, et très vite j’ai cherché des tutoriels sur internet pour progresser techniquement. Du coup j’ai découvert tout un univers créatif que j’ignorais complètement jusque là, que ce soit des manières originales d’appliquer certaines techniques, ou en regardant le travail d’artistes digitaux. Ça m’a donné envie d’aller plus loin moi aussi, et depuis je n’arrête plus.

Je suis d’autant plus acharné que je ne viens pas du digital – du coup j’ai toujours l’impression que je dois mettre les bouchées doubles pour (me) prouver que je ne suis pas un imposteur, et que je peux me faire une petite place dans ce monde-là.

Et ton univers ?
C’est assez difficile pour moi de définir mon univers. Un jour quelqu’un a laissé un commentaire sur un blog à propos de mon travail, en disant que c’était à la fois sombre et poétique. Avec un peu de recul je me dis que ça me va, comme définition. Disons que de façon générale, je suis très attiré (et de plus en plus d’ailleurs) par des univers sombres, tout en recherchant une certaine esthétique.

Ton regard porté sur ton job, ton univers, et l’univers de la création en général ?
Je trouve que de façon générale la création digitale tend à se démocratiser, à se faire connaître du grand public – d’abord sur le net, et petit à petit sur des médias plus traditionnels. Je trouve ça assez stimulant que de plus en plus de monde se mette à faire des créations personnelles, ça oblige à rester tout le temps vigilant, se tenir au courant de ce qui se fait ailleurs.

Quelles sont tes dernières actualités ?
J’ai travaillé sur un projet très intéressant pour une banque d’image très importante : TEN BY FOTOLIA :) Sinon, comme les photomontages ne sont pas mon activité principale, je n’ai que peu de commandes – ce qui me laisse tout le temps que je veux pour avancer, travailler mon univers, me fixer des challenges, apprendre de nouvelles choses… J’ai le sentiment de construire brique après brique mon petit savoir-faire, ma petite « patte », de me faire un « oeil » qui m’est propre – et ça me plaît comme ça. Après, si j’ai des opportunités, je les saisirai, mais à mon sens ça ne viendra qu’en maturant encore mon « style », en allant encore plus loin. Ce qui passe par beaucoup de travail. Donc c’est ça mon actualité : travailler, et avancer.

Jusqu’ici, j’ai eu la chance d’être sollicité par des magazines comme Computer Arts ou iDN, et je fais partie du collectif KDU depuis un an et demi – du coup je me dis que le chemin que je suis non seulement me correspond, mais parle aussi à d’autres personnes, y compris des professionnels de l’image.

Tes projets ?
En ce moment je retouche mes derniers travaux personnels pour mettre à jour mon portfolio dans les mois qui viennent. Finalement c’est un peu mon rythme habituel : un travail personnel tous les mois ou tous les deux mois, et tous les 6 à 8 mois, une mise à jour sur mon portfolio. Ça peut ne paraître pas grand chose, mais c’est un vrai baromètre pour moi. À chaque sortie j’ai des retours différents, parfois de gens que j’admire vraiment, et c’est ça qui me motive encore plus pour toujours avancer. J’ai aussi quelques projets de collaborations, mais rien de très concret pour l’instant.

Suis-tu les tendances ou pas du tout ?
Je lis beaucoup de blogs de graphisme et d’illustrations, quotidiennement. Je trouve ça très important d’être au courant de ce qui se fait – ça concerne mon métier donc pour moi ça fait partie de mon travail. J’ai même un blog où je poste tous les jours les images qui m’ont le plus parlé ou inspiré. En fait je me nourris de ce qui se passe sur internet. J’absorbe énormément d’images tous les jours, jusqu’à ce que ça me donne envie de créer quelque chose moi-même, un peu comme une éponge trop pleine qui demanderait à être pressée !

Tu es Mac ou PC ?
Mac !

Ta musique ?
Rock et rock indé essentiellement : the Kills, Black Keys, Pearl Jam, Queens of the Stone Age, Radiohead, Pj Harvey…

Ton film ?
Kekexili. Ça fait cinéphile comme ça mais je ne suis vraiment pas calé en film ! Je suis tombé sur celui-ci un peu par hasard, et…

Ton livre ?
Bon, en tant que littéraire, j’ai rajouté cette question :) Ex æquo Le Bruit et la Fureur de Faulkner, et Au dessous du Volcan de Lowry .

Ta couleur ?
Rouge.

Tu adores ?
Faire des rencontres

Tu détestes ?
Les choux de Bruxelles. Franchement. Ça peut pas être naturel ce truc.

Ce qui te fait avancer dans la vie ?
La masse de chose qu’il me reste à apprendre et à découvrir.

Encore merci d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions et bonne chance pour tous tes futurs projets de la part de toute l’Equipe de TrendsNow !

Retour en images sur ses travaux

Son interview vidéo réalisée dans le cadre de la collection TEN

Pour en savoir encore plus sur Soemone
- Son portfolio : www.trustinelements.com
- Son Blog : trustinelements.tumblr.com
- Son espace Behance : www.behance.net/oligoelement
- Le site du collectif KDU
– Sa participation à la Collection TEN de Fotolia
Sa biographie sur TrendsNow

GraphicInterviews
Interview / François Leroy
Interview / François Leroy
GraphicInterviews
Interview / Soemone
Interview / Soemone
GraphicInterviews
Interview / Nicolas André aka Neopen
Interview / Nicolas André aka Neopen
GraphicInterviews
Interview / Damien Vignaux aka Elroy
Interview / Damien Vignaux aka Elroy
GraphicInterviews
INTERVIEW / Brice Chaplet aka Mr.Xerty
INTERVIEW / Brice Chaplet aka Mr.Xerty
InterviewsMedias
Interview / Joe La Pompe, LE copycat hunter
Interview / Joe La Pompe, LE copycat hunter